Document sans titre
Document sans titre

Menu :

>> Accueil
>> Activités
>> Calendrier
>> Juridique
>> La moto
>> Liens
>> Manuels & Fiches
>> Petites Annonces
>> Philosophies
>> Photos Album


Dernieres news :



Derniers articles :


Andorre 2016
le 26 septembre 2016
par Stephane


La Bourjolaise
le 24 mai 2016
par Stephane


Hivernale 2016 selon Papy
le 8 mars 2016
par Laurent CARATELLI




visiteurs depuis la naissance
de vfrtgs.com

Accueil >> Maraichaussée...


Maraichaussée Belle : par Pépé

écrit le 28 juillet 2004 par Françis LAFOSSE





PREMIER EPISODE Histoire vécue, pas plus tard que ce matin dans les rues de Toulouse . Je sortais de chez mon concess préféré because prise de rendez vous pour la révise d’ avant les 4et 5 Mai dans les gorges du Tarn ( ben oui, va falloir quand même être nickel chrome platinium titanium et vanadium du sol au plafond pour la sortie , des oreilles propres aux ongles des pieds lavés et coupés, en passant par le slip immaculé. !) Bon , ne nous égarons pas, au bout de la rue, croisement , feu rouge et deux bécanes de ressortissants de la maison poulaga et royco réunis qui attendent que ça se passe. Un petit espace pour ma pomme , je me glisse entre deux caisses et me voila à coté d’ un des deux gendarmes. Tout à coup , un gant lâche le guidon de la béème , se porte à la visière et relève le heaume , je sens du coin de l ’ oeil la lourde insistance d’ un regard. Tant pis, je me tourne, et là stop arrêt, pan dans le buffet , j’ entrapercois quelque mèches blondes qui dépassent du casque, et je prends de plein fouet deux immenses yeux bleus lagon et un petit sourire au coin d’ une bouche vermeil qui me murmure bonjour ! Putain le Pépé !! Je bouge pas un poil et j ’ ai le compte tour dans la zone rouge, c’ est , Austerlitz , le 14 juillet , le jour de ma première communion ,la finale de la coupe du monde et c’ est bibi qui vient de planter le but !!

Et puis, ce con de feu qui passe au vert , resigne de tête de MA Gendarmette et tchao !! Je reste planté au milieu du carrefour ( ça vous arrive jamais de caler vous ?) , assommé ,Tchernobilisé , pearlborisé , waterloorrisé , atomisé, dissous dans le cosmos, c ’ est bien simple, j’ existe plus, je ne suis plus qu ’ un ectoplasme . Put... demain à la même heure, au même endroit je me couche devant sa bécane , et soit elle me dit qu ’ elle m ’ aime soit elle me passe dessus !!! Pépé ... A+ ..Peut être !!!

DEUXIEME EPISODE

A la demande quazi-zi générale, je vais donc vous narrer la suite de mes aventures avec une nymphette bardée de bleue . Pas plus tard que la semaine dernière ,je rentrais de Toulouse direction Auch , après avoir copieusement déjeuné chez ma moman unique et préférée. Sortie d’ agglo, entrée du village d’ EMBOURBE -LE-PETIT réputé pour ses bouchons, tiens !!, encore plus de merdes roulantes qui queue -leuleutent comme d’ hab !!! On va pas stresser pour si peu, franchissement de ligne continue et je remonte tranquilou la file de caisseux à l’ arrêt. Merde !! ,au bout de la file un gendarme moustachu me regarde arriver , ce coup ci, c’ est pour ma pomme , tant pis , je continue, il me fera pas un deuxième trou au figne ( remarque ça soulagerait peut être mes hémorroïdes !! ). Je stoppe donc devant lui, il s’ approche, deux doigts sur la visière de sa casquette :<< Bonjour m’sieur qu ’ il me dit, y a un transport exceptionnel qui arrive, les motos vous pouvez passer mais faites gaffe quand vous le croiserez >>. Sympa le mec , mais t’ as déjà vu cette belle et fière trombine quelque part !! Mais ouais, ça y est, c’ est le co- équipier de la belle bleue du mois dernier , il pouvait pas l’ emmener ce gland ?

Je continue , et sortie du village , une béhème blanche en plein milieu de la route sur sa béquille centrale , défense de CIRCULER !!.Je m’ arrête, personne dans le secteur, c’ est quoi ce binz ? Et tout à coup, de derrière un arbre surgit une tète blonde que je connais bien , suivie du reste que j’ avais pas bien vu la première fois.

Putain !!!! c’ est pas un canon cette nana, c’ est les orgues de Staline à elle toute seule , le cuirassé Potemkine, un missile sol-air, un porte- avion ( et pas le Charles Degaulle avec son hélice craignos ) , le 7 iéme de Cavalerie , la deuxième Division Blindée , ATTILA et ses Huns , .....La BELLUCCHI, à coté c’ est un ridicule pétard de foire à neuneu !!

Faut que je vous le répète les mecs , cette fillette possède un minois qui ferait se mettre à l’ envers un régime de bananes vertes. Maintenant que je peux la détailler , je découvre le charme velouté de sa carnation, la couleur vert- sauvage pailletée -d’ or de ses yeux, la délicatesse de son nez et l’ immensité de sa bouche charnue !! , ses longues jambes bottées de cuir , sa taille mince soulignée par un ceinturon constituent une oeuvre d’ art qui ridiculise la Vénus de mon camarade MiIo. Mais ce que cette magnifique créature a de plus beau c’ est incontestablement sa poitrine. Comme on connait les seins , on les adore prétend un proverbe.Ceux là on tout pour déclancher la ferveur publique , c’ est moi qui vous le dit !! D ’abord , ils sont volumineux. C’ est pas que je sois particulièrement porté sur la quantité, mais quand la qualité fait également partie du voyage, il faut bien s’ incliner , non ? Ensuite , question tenue de route , sur qu’ on doit se faire bobo si on se cogne sur le carénage !! , le chamalow est resté chez le confiseur !

O séisme ! colère de la nature ! grondement gigantesque des forces intérieures ! graines de dévastation ! effroi ! ébranlement. je croule ,, je roule , je coule ...... et je me mets à chantonner tout bas :

Et l’ on s’ en fout de tremper dans l’ alvéole, Et l’ on s’ en fout pourvu qu’ on étire un cou.

Elle s’ approche de moi , avec le même déhanchement que Rita Hayworth dans " GILDA" , et commence à enlever langoureusement ses gants de motarde , c’ est RITA je vous dis ! Manque que la musique !. Tu parles d’ un transport exceptionnel !! Et elle me cause :<< vous devriez ranger mieux votre moto, le convoi est énorme et il arrive >> . Je regarde au loin, et que vois-je se profiler à deux cents mètres , un gigantesque catamaran dont l ’ empattement occupe la totalité de la route !!

Bon , j’ ai compris, soit ma moman s’ est encore gourré et elle a confondu les champignons hallucinogènes avec des cèpes en faisant son omelette et j’ ai tout rêvé de A jusqu’ a Z , soit tout est vrai et je vous raconterai la suite au prochain numéro

Pépé TROISIEME EPISODE

Vous sentant haletants, suants,salivants, palpitants ,impatients ,excités , je me suis dis :<< faut que tu continues à leur raconter ton histoire. << Je rappelle donc, avant de vous narrer la suite, la fin du dernier chapitre :

-  Elle s’ approche de moi , avec le même déhanchement que Rita Hayworth dans " GILDA" , et commence à enlever langoureusement ses gants de motarde , c’ est RITA je vous dis ! Manque que la musique !. Tu parles d’ un transport exceptionnel !! Et elle me cause :<< vous devriez ranger mieux votre moto, le convoi est énorme et il arrive >> . Je regarde au loin, et que vois-je se profiler à deux cents mètres , un gigantesque catamaran dont l ’ empattement occupe la totalité de la route !!

Je me retourne vers ma gendarmette qui continue son approche serpentine accentuée par un tortillement du prose de nature à damner un bataillon de séminaristes ,à réanimer le slip kangourou d’ un eunuque , à flanquer des idées polissonnes à un académicien !! . Elle est presque aussi grande que moi. Elle a les cheveux ( blonds, ça je vous l’ avais déjà dit ) coupés semi-court , et d’ encore plus prés force m’ est de constater que la rigide chemisette réglementaire bleue s’ en voit de toutes les couleurs pour essayer de contenir - sans y parvenir pleinement - des seins très hauts, très durs , très drus...... Je me met à la contempler de ma façon particulière , celle qui fait frémir les demoiselles et qui rend les hommes nerveux , et j examine !!.. Quand je pense qu’ il y a des locdus qui donnent trois cent balles pour grimper à la tour Eiffel , alors qu’ ils ont à la hauteur des spectacles pareils, comme dit mon cousin , pilote d’ hélico, y a de quoi se les attraper , se les nouer autour d’ un lustre et faire le ventilateur !!

Je suis figé, sidéré ,angoissé , je pamoise , je considère avec émoi cette exquise fliquette et tous mes préjugés s’ envolent. Oubliées les jolies mais un peu vulgaires, les tartes mais un peu distinguées, les fardées de traviole, les mal frisées, les qui malodorent, les qui trémoussent ,les qui surabondent , les tousseuses, les effreneuses , les chieuses, les qu’ on prend pour des hommes, les qu’ ont du poil partout et ne se font pas épiler !!......O..U..B..L..I..E.. Dans ma tête se mettent à raisonner les fameuses paroles de l’ hymne national Belge :

Tiens , voila du beaudoin , voila du beaudoin , voila du beaudoin

Et c’ est là ,très exactement là, à cet instant ou" mes choses de la vie" se rappellent à mon bon souvenir, à cet instant de contemplation générale, à ce point d’ induration de ma colonie pendulaire que le truc , ou pour parler plus exactement, la chose se produit. Les longues jambes fuselées de RITA ( appelons la comme ça ) semblent ne plus la porter , un petit cercle vert apparaît autour de l’iris de ses yeux bleus , nom de Dieu !!, mais elle se trouve mal !!! Dire que je me précipite n’ as aucune signification , je vole vers elle et la saisie par les aisselles avant qu’ elle n’ atterrisse sur le bitume .Je la soutiens d’ une main,de l’ autre je remonte ses cheveux, sa peau a une couleur extraordinaire,chaude, ocrée, duveteuse . Elle a un frémissement, soupire doucement, ses paupières s’ entrouvrent et elle me détranche de ses grandes mirettes .
-  Comment vous sentez vous ? je questionne .
-  Que m’ est il arrivé ?, me demande t’ elle

Vous pensez que c’ est fastoche vous, de penser clair lorsque une souris aussi capiteuses plaque plus étroitement à vous qu’ une combinaison de plongée sous- marine ? J’ ai toujours une de ses jambes entre les miennes , ses seins contre ma poitrine et son nombril collé au mien comme une ventouse.

Dés que mes pulsations se remettent à la normale, je vous conterai la suite Pépé ( épuisé )

QUATIEME EPISODE Je vous avais laissé haletants, le cervelet en ébullition , le slip en surtension , les organes ventraux en tire- bouchon, exhalant des soupirs propres à rameuter une harde de cerfs au moment ou , scotchée à mon corps d’ athlète comme les ventouses que me mettait ma Grand - mère lorsque j’ étais enrhumé , la motarde en bleue retrouvait ses esprits après un court évanouissement . Le poste de Gendarmerie d’ EMBOURBE - LE -PETIT se trouvant à a peine quelques encablures, je proposais à miss roploplo de l’ y accompagner , vu sa propension à se répandre sur le gazon dés qu’ elle me zieute .

Je m’ inquiète !! Souffrirait ’ elle d’ un dérèglement glandulaire ?....... Ne faudrait il pas qu’ elle courre se faire explorer l’ intime par un spéléologue de la table à béquilles ?..... Bon, oublions cela, j’ ai les choses bien en main si j’ ose dire !! A l’ instant même ou nous entrons dans la maison Poulaga , je perçois les échos d’ un terrible ramdam, ça vocifère, ça gronde , ça rogne,, ça cogne avec fureur . Il y a des exclamations, des interjections, des supplications !!. Le personnel assermenté du lieu jaillit par toutes les portes de service et se dirige au pas de charge vers une pièce d’ ou semble venir le boucan . Je suis le flot de perdreaux accompagné de ma gendarmette, et c’ est alors qu’ un des poulets s’ adressant à elle lui dit : << Catalina, c’ est encore votre frangin qui fait des siennes , il fait une fois de plus une crise de jalousie à votre égard, et nous avons été obligé de l’ enfermer !! >> Ce que je viens d’ entendre fait un pied de nez à ma raison,la désempare, la lézarde, la stratifie.Vous m’ avez bien lu , la tornade, le typhon , le raz de marée qui casse tout , ...c’ est AN- GE en personne , en chair,.. en os , ....à poil . Car hormis ses chaussettes trouées , il est nu l ’ Ange, nu comme un goret à l’ étal . Il n’ a , pour masquer sa pudeur que ses poils personnels qui suffisent amplement à camoufler les minuscules accessoires dont la nature l’ a doté.

Stupéfait par cet affligeant spectacle , je m’ apprête à faire savoir ma désapprobation lorsque Catalina - puisque désormais il faut l’ appeler ainsi -me dit d’ une voix suppliante : << Je vous en prie, prenons ma voiture et ramenez moi chez moi >>.

Et bien ça se goupille grave, le voila le rembour que j’ espérais !! Nous montons dans sa caisse, je prends le volant,et je véhicule un moment en silence . C’ est miss Catalina qui le rompt . - Tout à l’ heure, vous donniez l’ impression que quelque chose vous turlupinait non ? Nytenant plus -mon excitation est telle que je me mets à causer le Javanais académique !! -,je décris une légère embardée pour grimper sur le bas-coté de la route . je coupe le moteur , j’ éteins les phares et je cramponne ma gendarmette d’ un geste puissant auquel elle ne résiste pas . Ébranlée, elle se laisse défaire, puis se laisse faire... Qu’ est- ce que je voulais vous dire encore ?.. Merde !! ...je l’ avais sur la langue y a un instant....... Attendez,...... je lui fais , grâce au siége renversable le coup du plongeon en apnée suivi de la première figure du manuel << Pendant ce temps là regarde par la lunette arrière s’ il vient pas quelqu’un !! >> , puis celui du " derviche tourneur " , de" la toupie mongole " , de la " turlute enchantée " , du " monte là dessus et tu verras Montmartre " , de la " perceuse vibrante , du" zigomard sur roulettes " de la moustache fouineuse "... ... Je voulais vous raconter autre chose, mais bon , ça me reviendra......... Toujours est il que lorsque la fiesta est terminée, la Catalina pose sur moi des yeux soulignés de reconnaissance. La voila qui gazouille, lyrisme à tout va comme quoi je lui ai anéanti le périphérique, extrapolé les neurones ,explosé le rupteur , l’ ai placé sur orbite, lui ait ouvert des horizons nouveaux , etc,etc . Elle veut tout connaître de moi, mon apprentissage, mes antécédents, mon adresse . Je ne pousse pas la fatuité jusqu’ à lui dire : << si la séance t’ a plu , parles en autour de toi >>, mais ce brin de compliments fait tout de même plaisir !! On est comme ça nous les mecs , même ceux qui ont une ziggourat pas plus grosse qu’ une cacahuète espèrent le coup de sifflet admiratif , l’ applaudissement du coït , le diplôme du calcif , il leur faut la claque, que ça trépigne dans les tribunes !!!!!!!!!

Bon , c’ est pas le tout , faut que je récupère , je sens que je vais avoir un hiver chaud et chargé .. et la suite..........au prochain............numéro ........ Pépé

NB : Toute ressemblance avec une personne existante ou ayant existé ne pourrait être que coïncidence fortuite indépendante ( si je puis m’ exprimer ainsi !! ) de la volonté de l’ auteur .




[retour en haut]

Documents et images liés à cet article:

Document sans titre

Bienvenue sur le site www.vfrtgs.com, site optimisé IE6 en 1024x768 flash player version 7 requis pour les animations.
© dev:RR | Design: Motusdesign, tous droits réservés pour les squelettes. créé avec le cms SPIP 1.7.2