Document sans titre
Document sans titre

Menu :

>> Accueil
>> Activités
>> Calendrier
>> Juridique
>> La moto
>> Liens
>> Manuels & Fiches
>> Petites Annonces
>> Philosophies
>> Photos Album


Dernieres news :



Derniers articles :


Andorre 2016
le 26 septembre 2016
par Stephane


La Bourjolaise
le 24 mai 2016
par Stephane


Hivernale 2016 selon Papy
le 8 mars 2016
par Laurent CARATELLI




visiteurs depuis la naissance
de vfrtgs.com

Accueil >>  Activités >> Drôme 2010...


Drôme 2010

écrit le 8 avril 2010 par Florence CONSTANT





Vendredi 2 avril 2010 14heures, la moto est chargée, le GPS est vissé, le plein est fait, on est prêts.

Nous avons rendez vous avec Fabien qui doit nous rejoindre à la Mairie de La Mure pour 14h30 ou 15h. Fabien ne change pas ses habitudes et nous gratifie de sa demi heure de retard. Il arrive avec sa "nouvelle épouse" Rachida, petit bout de femme blonde, collée dans son dos. Les présentations sont faites et on ne perd plus de temps, on enfourche les bécanes pour 157 kms. Oui, je sais sur ce coup là on n’est pas des gaillards, mais bon, on vient c’est l’essentiel.

Petite halte sur la route, Fabien et Rachida ont faim ! on prend la direction des gorges de la Méouge, mais avant de tourner à droite vers les gorges, Christian rate le carrefour et file tout droit. Fabien, attend un instant puis ne nous voyant pas revenir décide de nous rattraper. Mais, nous on avait tourné à droite un peu plus loin et on revenait sur la bonne route pour retrouver Fabien. On ne le voit pas, alors on pense qu’il est devant (en fait il est derrière !) et on s’engouffre dans les gorges à vive allure pour le rattraper.

On passe le col de l’homme mort, 3° et de la neige sur les bords, et on arrive à St Trinit, très petit village, où l’on demande notre chemin pour regagner la ferme des Bayles pensant y trouver Fabien et Rachida. Au bout d’une petite route dans les bois et ensuite au bout d’un petit chemin, on arrive enfin aux Bayles, genre mas provençal, avec oies, poules et chevaux, mais pas de Fabien.

Il est 18h30 environ quand nous descendons de moto. Tout le monde est arrivé, à part Yvan qui arrive avec sa bétaillère et ses chevaux, Arnaud et Sandrine, avec leur propre monture, et notre ami Fabien et Rachida.

Nos hôtes, Francky la Barète et Christian, nous attendent chaleureusement. Les retrouvailles avec toute la bande de oufs se fait comme à son habitude avec un très grand plaisir.

Vers 20h30 tout le monde est arrivé. Nous sommes 16. Nous nous installons, une bonne douche, et ensuite le traditionnel apéro avec tout ce qu’il faut, rhum, sucre de canne, wisky, sodas, jus d’orange, amuse-gueule, pastaga, etc etc etc.....

Les repas comme tous ceux que nous prendrons lors de ce séjour se passeront dans la joie, de franches rigolades, et surtout, la cuisine était certes très rustique, campagnarde, mais succulente (alouettes sans têtes, daube provençale, omelette aux cèpes, tarte aux pommes, moêlleux au chocolat.....) et tout çà fait maison par un patron hyper cool, qui nous laissait chaque soir la maison pour que nous puissions boire tranquillement le digestif).

Le lendemain matin, petit déjeuner à 8h, départ à 9h. Tout le monde est à l’heure. La moto de Christian VTR, ne veut pas démarrer, bof, elle a eu un peu froid car ce matin là, il fait -2° au lever du jour. Le temps est frais et couvert, mais pas de pluie.

Finalement on part tous sur des routes de montagne un peu étroites, avec des bosses, avec des trous, avec des gravillons, et comme c’est Francky la Barète qui menait la marche je peux vous dire que çà ne ’chomait’ pas sur la route. Christian VTR fermait la marche. Il faut cependant que je tire un coup de chapeau à Papy et Christine qui, à bord de leur BMW, car on peut dire à bord quand on voit le paquebot, ont suivi la cadence sans broncher. Là, beaucoup ont été unanimes à dire que depuis qu’il a cette BM, il est super à l’aise et peut rouler comme nous. J’ai vraiment été impressionnée !!!

Un parcours avait été établi d’un point A à un point B, et tous les possesseurs de GPS l’avaient enregistré, mais comme Francky roulait un peu fort on était en avance sur l’horaire alors il s’est permis de rajouter quelques petits cols, par ci par là !!! Total, à 12h30 on arrive au resto avec 180kms dans les pattes,de petites routes défoncées, faits à un rythme qui m’a un peu impressionnée, et ce n’est pas moi qui le dit, car même Arnaud, dont la moto est son métier, nous a souvent dit qu’il trouvait que nous avions roulé fort.

Encore un bon repas d’englouti et en selle de nouveau pour 120 bornes plus ou moins de petites routes, de bosses, de trous, de gravillons. Il m’est arrivé plus d’une fois de voir des indiens dans les virages car j’ai du lâcher une bonne dizaines de "ouh !!!ouh !!!ouh !!, en voyant arriver les gravillons, ou des virages qui n’en finissaient pas de se fermer, ou encore un 4x4, n’est ce pas Seb ? Bon sur ce coup là, j’ai encore perdu 800 grs ! Mais qu’importe, on a fait une route pleine d’émotion, je suis retombée 2 fois à côté de la selle, j’ai perdu 1 fois mes cale pieds, et à l’arrivée j’avais quelques vertèbres en vrac, mais à part çà super cool, je m’en souviendrai, sans aucun doute !!!!

Je ne vous raconte pas comment se passe nos soirées : douche, apéro, bonne bouffe, rigolade, digestif, dodo.

Dimanche matin, ah !! là !!! c’est encore mieux il avait neigé, et les motos, du moins celles qui avaient dormi dehors, car certains pilotes avaient décidé de faire coucher leur monture sous la grange, étaient recouvertes d’un léger film floconneux.

Quant à celles qui étaient sous la grange, elles étaient sèches, oui, mais il fallait sortir de dessous cette grange et il fallait passer pour cela dans une belle couche de boue bien grasse. Tout le monde s’en est superbement bien sorti. J’avais joué le paparazzi, mais, pas de scoop ! tout le monde est bien resté sur sa selle, ce ne fut pas le cas de quelqu’un au retour de la balade.

Au sortir du petit déjeuner le groupe se coupe en deux. 10 d’un côté, ceux qui retournent se coucher, ceux qui vont lire un peu et finalement ces 10 décident de rallier le restaurant directement à 12h, sans faire la balade. Il pleuvait un peu, il neigeait un peu, bref pas le top !

Mais 6 furent très courageux, dont Papy et Christine, et on attaqué la dure vie du motard en hiver. En fait on peut presque cataloguer cette sortie d’hivernale du Vaucluse. Là je ne peux pas vous dire ce qu’il s’est passé car je n’y étais pas, je faisais partie des 10 restés au chaud, à cause de mon vrac vertébral. Mais si les 9 autres ont rallié le resto à moto, sous un ciel qui commençait à se dégager franchement, moi j’y suis allé avec le Jumpy de Nono, qu’il m’a très gentiment et très courageusement prêté.

A la sortie du resto, le soleil se montrait, je suis revenue à la ferme et les autres sont allés s’amuser sur la route du Mont Ventoux où il paraît qu’il y eu une sacrée bataille de boules de neige. Vers 17h30, j’ai préparé l’apéro sur une jolie table de campagne et je vois arriver les premiers, mon Christian avec Sandrine sur la Bleue des Alpes, et Nono. Les autres étaient allés faire encore un petit crochet de 50km histoire de rouler encore un peu. Arnaud a du vouloir s’amuser un peu seul et avait confié sa tendre épouse à Christian.

Vers 18h plus ou moins voici les autres finalistes et, en tête, Christian VTR, qui presque à l’arrêt, s’est fait une petite glissade de l’avant et s’est retrouvé vite fait bien fait sur le flan droit, et c’est au repas du soir que le surnom de "Pissenlit" lui a été attribué, vu que c’est l’époque et que sa moto est jaune. Une bonne batterie s’achète chez Pissenlit, comme dit Jean François !

Encore une excellente soirée passée à rire aux larmes grâce à nos deux hôtes, Chouchou et Loulou, qui avait fait venir aussi leur gentilles et adorables femmes, Chouchoute, et Louloute, tout un programme !!!!

Après une soirée copieusement arrosée, tout le monde part se coucher car le lendemain c’est déjà le retour.

Lundi de Pâques, tout le monde est sur le pied de guerre à 8h au petit déjeuner. On se prépare, on s’embrasse, Yvan remonte ses bourrins dans sa bétaillère aidé de Fabien, et hop, un petit coup de pouce et l’affaire est dedans. Nono a trouvé un système ingénieux pour rentrer sa monture dans le Jumpy. C’est un peu plus long mais efficace, il a tout simplement mis un treuil dans son Jumpy et il tire la monture vers l’intérieur, mais l’une des rampes étaient mal fixée, a glissé, et Nono, qui était en charentaises, à glissé lui aussi et la moto s’est retrouvée un peu penchée, un peu couchée, mais de bons bras musclés sont vite arrivés à son secours. Pas de bobos, tant mieux !!!

Cette sortie dans le Vaucluse fut sublime et ce fut aussi de grands moments. On vous remercie, Francky la Barète et toi Pissenlit de vous être décarcassés de la sorte. Pour moi le TGS ne veut plus dire Team Grand Sud mais Très Grands Souvenirs. Tout le monde est rentrés sain et sauf, avec la tête pleine de souvenirs, de rires de joies et de bonheurs ! Ce fut un week end génial !!! Bisous à toutes et tous et à très bientôt.




[retour en haut]

Documents et images liés à cet article:

Document sans titre

Bienvenue sur le site www.vfrtgs.com, site optimisé IE6 en 1024x768 flash player version 7 requis pour les animations.
© dev:RR | Design: Motusdesign, tous droits réservés pour les squelettes. créé avec le cms SPIP 1.7.2